19 avril 2011

Pour saluer l'entrée de Kundera dans la pléiade

C'est Miette qui s'est collée au choix de textes autour de Kundera et du biographique. C'est donc sous forme de jeu que nous célébrons l'entrée de Kundera en pléiade. Voilà ce que Miette nous a préparé :   Voilà les textes que je vous propose ; il y a 6 passages de la   plume de MK (que vous n'aurez pas de mal à reconnaître).En plus de l'identification des textes (et des autres auteurs) je propose aussi (pour ceux qui sont tellement forts qu'ils vont fatalement s'ennuyer très vite) d'identifier les personnages réels et... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 01:00 - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 avril 2011

Enigme du dimanche soir

" Dès lors il ne fallait même pas que je lui fournisse l'occasion d'exiger avec la témérité du désespoir que je lui dise laquelle de ces suppositions était fondée. Là était le côté amusant, excitant. Entendez, cette façon de l'éviter. C'était une adolescence à rebours, sens dessus dessous : le jeune garçon encore puceau et - qui sait? - peut-être même encore plus vierge qu'elle, à la fois envoûté et terrifié par ce qui l'envoûte, usant d'artifices grossiers et timides pour faire naître les rencontres fortuites où il n'oserait jamais... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 19:06 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 avril 2011

Le carré de la mafia et la mafia au carré

Dans son dernier livre, "Un traître à notre goût" ("Our Kind of Traitor"), John Le Carré confronte le roman d'espionnage au devenir mafieux du monde. Non pas seulement à entendre comme une mafia parallèle mais bel et bien comme à l'être (et au devenir) mafieux de nos économies et de nos états. Tout débute avec le personnage de Perry, jeune "grand" diplomé prometteur qui, pourtant, est en phase de se mettre en rupture avec le bel avenir qui lui semble traçé comme professeur à l'université, ne trouvant pas en lui l'hypocrisie... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 23:52 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2011

La vie sexuelle des super-héros

Etre et avoir été? Plus que pour tout un chacun, cette question se pose pour des super-héros sexagénaires dont les exploits semblent remonter à des années-lumière et dont les corps lâchent de tous côtés. Pathétiques et touchants, Mister Fantastic, Superman, Mystic le sont comme l'est une grande vie quand elle dure trop après la chute. Les portraits sont atroces, drôles aussi et l'on se laisse prendre par l'intrigue policière de ce roman qui nous chuchote que « l'American way of life » a bien du plomb dans l'aile.    Marco... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 23:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2011

Quand le bush fait rire - Kenneth Cook et les koalas

  Kenneth Cook (1929-1987) est un écrivain australien que j'ai découvert ce week-end avec ce recueil de quinze courtes nouvelles. A l'age de trente-deux ans, il a publié Cinq matins de trop (Wake in Fright), qui est considéré comme un classique du roman noir en Australie et a été adapté au cinéma en 1971, sous le titre Outback mais c'est de sa veine humoristique, celle des nouvelles dont il sera question ici.   Car la lecture du koala tueur et des nouvelles qui lui sont associées se fait le sourire aux lèvres et... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 00:35 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2011

Pour saluer Miette et Faulkner

La récente émission de France Culture, une vie une oeuvre, consacrée à Faulkner à écouter à partir du lien ci-dessous. Avec : Paul Audi, philosophe, auteur de Créer, introduction à l’esthéthique, éditions Verdier. Pierre Bergounioux, romancier, auteur de Jusqu’à Faulkner, éditions Gallimard, coll. « L’un et l’autre ». Marc Weitzmann, romancier, auteur de Quand j’étais normal, éditions Grasset. Olivier Sebban, romancier, auteur de Le Jour de votre nom, éditions du Seuil. Faulkner : une vie, une oeuvre
Posté par Harmonia 27 à 10:34 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

22 janvier 2011

Incipit-Bulle du week-end

C'est la littérature et la peinture américaines que j'ai choisis comme thème ce week-end. Les deux textes ont été écrits au milieu des années 1920. 1. " Les collines, de l'autre côté de la vallée de l'Ebre, étaient longues et blanches. De ce côté-ci, il n'y avait ni ombre ni arbres, et la gare était entre deux lignes de rails, au soleil. Contre la gare, il y avait l'ombre chaude du bâtiment et un rideau de perles de bambou anti-mouches pendait devant la porte ouverte du café. L'Américain et la fille avec lui s'assirent à une... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 15:33 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,
22 novembre 2010

Pour saluer Melville et Giono

En 1941, Jean Giono fait paraître sa traduction de Moby Dick (traduction en collaboration avec Lucien Jacques. Les travaux ont d'abord paru par morceaux de mai 1938 en février 1939 dans les cahiers du Contadour - Il y a même un très rare tiré à part (300 exemplaires tous numérotés à la main par Lucien Jacques) dont vous pouvez voir la page de couverture ci-dessous) chez Gallimard. Ces deux là auront eu à déterminer leur version du fameux "Call me Ismaël." Ce que l'on apprend, dès les premières lignes du "Pour... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 08:08 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 avril 2010

Saga Hammerstein... La peur n'est pas une vision du monde

Enzensberger a placé son ouvrage sous l'égide de cette belle phrase d'Hammerstein père : "La peur n'est pas une vision du monde".Hammerstein père, c'est Kurt Von Hammerstein, général en chef de l'Etat-Major de la Reichswehr quand Hitler arrive au pouvoir en 1933 (depuis 1929 et jusqu'en janvier 1934).De la Grande Guerre à la seconde Guerre mondiale, de la révolution Russe aux purges staliniennes, de la république de Weimar à l'agonie aux horreurs délirantes du IIIème Reich, de cellules secrètes en services d'espionnage... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 23:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
28 avril 2010

Alan Sillitoe nous a quitté

Cela s'est passé le 25 avril dernier à Londres.De lui, l'un des Angry Young Men, j'avais beaucoup aimé "Samedi soir, dimanche matin" même s'il est plus connu encore pour "La solitude du coureur de fond"."Samedi soir, dimanche matin", qu'Alan Sillitoe a écrit en puisant dans sa jeunesse, reste pour moi un roman de la fête (bien qu'il ne soit pas que cela), la fête d'avant qu'elle devienne celle de l'homo festivus (coucou Philippe Muray).Je profite de ce billet pour saluer également Pierre Hadot, philosophe... [Lire la suite]
Posté par Harmonia 27 à 19:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,