BATAILLE DE FRONTIÈRE

Enrique Krauze : Le triste héritage de la guerre américano-mexicaine

Enrique Krauze, historien mexicain et rédacteur en chef du magazine littéraire Letras Libres, fait dans Foreign Affairs (nov/dec 2013) la recension de Une sale guerre : Polk , Clay , Lincoln, et l’invasion du Mexique par les États-Unis en 1846 . Par Amy S. Greenberg . Knopf , 2012, 344 pp A Wicked War: Polk, Clay, Lincoln, and the 1846 U.S. Invasion of MexicoBy Amy S. Greenberg. Knopf, 2012, 344 pp. $30.00 (paper, $16.95).Border Battle The Ugly Legacy of the Mexican-American War By Enrique Krauze ENRIQUE KRAUZE is a Mexican historian and Editor of the literary magazine Letras Libres.

 

Chaque pays est tôt ou tard confronté aux péchés de son passé , mais rarement tout de suite. Au cours des dernières décennies , les historiens des États-Unis ont révélé et exploré les péchés de l'impérialisme américain, racontant en détail les interventions de Washington en Amérique latine, en Asie du Sud-Est, et au Moyen-Orient. Pourtant, ils ont largement négligé l'ingérence américaine au Mexique. Par conséquent, rares aux États-Unis sont ceux qui reconnaissent que la guerre américano-mexicaine (1846-1848) a été la première grande entreprise impérialiste de Washington. Encore moins aurait encore comprendraient pourquoi le futur président américain Ulysses S. Grant, qui a combattu au Mexique en tant que lieutenant dans l'armée américaine , en viendrait à la voir comme la "guerre la plus sale " du pays. Pour les Mexicains , la guerre aura été une catastrophe nationale. Leur déprime collective reculera, près de 20 ans plus tard, lorsque les forces mexicaines
repousseront une seconde occupation étrangère, par la France de Napoléon III. Pourtant, l'invasion américaine a été trop pénible pour pouvoir l’ oublier. Elle est devenu institutionnalisée dans le mythe national : dans la légende héroïque des Niños Héroes, les garçons martyrs de la bataille finale de la guerre, à Chapultepec ; dans les nombreux monuments sur les sites des grandes batailles, et dans les musées qui abritent les reliques de la résistance mexicaine. Aujourd'hui, on voit encore des traces de cette guerre dans le caractère défensif et méfiant du nationalisme mexicain. Depuis plus d'un siècle et demi, le Mexique est resté profondément méfiant de ses "gringos" de voisins du nord, qui pourraient encore saisir une autre tranche de territoire sans crier gare.

DRAMAIS PERSONAE (CHARACTER DRAMA)

Au cours des dernières décennies , un certain nombre de livres de qualité ont été publiées, au Mexique et aux États-Unis, sur divers aspects de la guerre. La plupart, cependant, sont destinés à des auditoires universitaires. Greenberg est la première qui offre le genre d'histoire narrative qui, avec une sensibilité équilibrée, introduit le lecteur général à ce drame lointain et largement oublié. Elle le fait en racontant l'histoire de la guerre à travers la vie d'une sélection d'Américains dont elle forme la carrière, y compris le président américain James Polk, l’ancien et futur sénateur américain Henry Clay, puis le membre du Congrès américain Abraham Lincoln. Chez Polk, Greenberg identifie une idéologie de la suprématie nationale qui a conduit à l'éclatement de la guerre et qui a donné forme à son cours ; par ses portraits de Clay et de Lincoln , elle donne la parole aux opposants de la guerre.

En 1846, la guerre n'était qu'une des options de Polk pour résoudre un certain nombre de différends avec le Mexique, principalement sur les dettes mexicaines impayées et sur la frontière sud contestée du Texas, que les États-Unis avaient annexé un an plus tôt. Mais Polk n’a jamais considéré sérieusement d’alternative. En effet, Greenberg affirme que l'image de soi de Polk, prophète armé d’un destin manifeste, aura été lui-même le facteur le plus déterminant dans le déclenchement de la guerre. Polk était pleinement convaincu, écrit Greenberg, que " c'était la volonté de Dieu que les plus riches terres du Mexique , en particulier le tronçon fertile au bord du Pacifique , passent de ses habitants actuels fainéants à des Blancs qui travaillent dur et qui sont plus aptes à utiliser leurs ressources . " Quand une unité de cavalerie mexicaine attaqua une patrouille américaine dans une zone contestée près du Rio Grande, Polk y vit une occasion de servir sa propre version de la justice divine.

Greenberg affirme que le point de vue de Polk sur le conflit est né de son expérience de propriétaire d'esclaves. Comme beaucoup d'Américains qui possédaient des esclaves dans les années 1840 - et comme beaucoup qui n'en avaient pas - Polk, en grande partie sous l'influence de sa femme Sarah, croyait la suprématie blanche d’ordre divin. Dans ses mémoires, Sarah a rappelé dire à son mari un après-midi à la Maison Blanche que « les auteurs de la Déclaration d'Indépendance se sont trompés quand ils ont affirmé que tous les hommes sont créés égaux ». Ses esclaves n'avaient pas choisi « un tel sort dans la vie, ni avons-nous non plus demandé la nôtre ; . nous sommes créés pour ces lieux ». Son mari, écrit-elle, était tellement persuadé qu'il citait souvent cette conversation pour louer sa « perspicacité » sur le sujet.

Pour Polk, l'infériorité intrinsèque des Mexicains justifiait l'usage de la force contre eux et même elle aidait à expliquer pourquoi ils ne pouvaient pas rembourser leurs dettes et pourquoi , à la différence des Français et des Espagnols, ils étaient restés réticents à vendre aux États-Unis un territoire que Polk ne les croyait pas capables de peupler, de cultiver, ou de gouverner correctement.

Bien que la majorité de l'électorat américain partageât l' idéologie de la suprématie raciale de Polk, une coalition improbable de personnalités politiques s’est opposée à la guerre dès le début. Les dissidents incluaient le sénateur américain esclavagiste de la Caroline du Sud John C. Calhoun, l'ancien président américain John Quincy Adams , qui caractérisait la «guerre scandaleuse » comme un complot ourdi par les États esclavagistes pour dominer le Congrès, et même le commandant des forces américaines à la frontière et futur président américain Zachary Taylor , qui considérait l'annexion de nouvelles terres comme « peu judicieuse en termes de  politique et abjecte dans les faits ».

Mais une campagne de propagande nationale conquit le public en présentant la guerre comme une grande cause nationale. Les politiciens, principalement du sud , argumentent en faveur de la guerre dans la presse populaire. En 1846, le New-Orleans Delta Daily a averti que faute de « mesures actives» contre le Mexique », tous les chiens , du mastiff anglais au cur mexicain, pourra mordre et nous mordre en toute impunité. " L’enthousiasme pour la guerre s'est étendu à tout le spectre politique : l'un de ses défenseurs les plus éloquents était Walt Whitman, alors rédacteur de journal à Brooklyn, qui a exhorté ses compatriotes à « enseigner au monde que, si nous ne poussons pas à la querelle, l'Amérique sait écraser, ainsi que s'étendre ! »

Au Mexique aussi, les journaux exprimaient un sentiment de fierté blessée. La Voz del Pueblo a appelé la nation à « détruire les usurpateurs injustes de nos droits » . Le président mexicain José Joaquín Herrera, inquiet des coûts que la vengeance comporterait, a tenté d' éviter la guerre par la diplomatie, mais les durs de l’armée organisèrent un coup d'Etat et le renversèrent. Le sentiment national écrasant, cependant, était d'anxiété et de fatalisme. « à notre détriment la guerre a commencé et nous ne devons pas perdre de temps », écrivait un commentateur dans le journal El Republicano . La guerre était la dernière chose que voulait le Mexique, mais c'était aussi la seule réponse honorable à l'agression américaine .

STARS & STRIPES

Les combats ont duré du 25 Avril 1846, jusqu'au 14 Septembre 1847, quand les Mexicains ont vu, selon les mots d'un historien mexicain éminent, « le drapeau haï à la bannière étoilée » flottant sur le siège du gouvernement, le Palacio Nacional, à Mexico.

Dès le début, l'armée américaine a dominé les événements. En 1846 , deux contingents américains distincts ont exécuté un mouvement en tenailles, par la mer et par la terre, pour se rendre maîtres des ports de la Haute-Californie et du territoire du Nouveau-Mexique. Au début de 1847, Taylor a parcouru le nord du Mexique, dans une série de conflits sanglants jusqu'à ce qu'il rencontre l'armée mexicaine régulière sous les ordres du général Antonio López de Santa Anna lors de la première bataille à grande échelle de la guerre, à La Angostura. Bien que la bataille n'ait pas eu de vainqueur décisif, le public américain en est venu à voir en Taylor un héros (au point de l’élire pour succéder à Polk en tant que président). Polk, qui se méfiait de Taylor, a finalement décidé de transférer une partie des forces de Taylor sous les ordres du général Winfield Scott, qui a repris la route de Mexico prise par le conquistador Hernán Cortés en 1519. De nombreux soldats américains se considéraient comme les héritiers des Espagnols, et certains avaient même une copie du livre de William Prescott sur la conquête espagnole du Mexique. Après avoir remporté la bataille décisive de Cerro Gordo en avril, les forces américaines sont entrées dans la vallée de Mexico au milieu de Août et ont livré quatre grandes batailles - à Padierna , Churubusco , Molino del Rey , et Chapultepec - avant de prendre Mexico.

Parmi les nombreux mérites de La Sale Guerre (The Wicked War) , deux sont particulièrement impressionnants : l'utilisation par Greenberg de témoignages personnels et son interprétation des atrocités commises par les forces américaines - les événements qui ont été rapportés peu , même par des écrivains mexicains . Greenberg utilise par exemple un compte rendu écrit à la première personne, pour décrire un massacre de civils mexicains par des soldats volontaires de l'Arkansas : « La grotte était plein de volontaires, hurlant comme des démons, tandis que sur le sol rocheux gisaient plus de vingt Mexicains, morts et mourant dans des mares de sang, tandis que les femmes et les enfants s’accrochaient aux genoux des meurtriers et criant miséricorde .... Près de trente Mexicains gisaient massacrés sur le sol, la plupart d'entre eux scalpés. Des flaques de sang remplissaient les crevasses et durcissaient en caillots ».

Ces événements troublés de nombreux officiers américains, y compris Scott. Dans une lettre de 1847 au Secrétaire à la guerre, Scott a rapporté que les hommes sous le commandement de Taylor avaient commis des crimes « suffisants pour faire pleurer le ciel ».  Les miliciens américains avaient violé les mères et les filles en présence de leurs maris et leurs pères ligotés, écrit-il, « tout le long du Rio Grande ». Pourtant, comme les forces américaines préparaient leur attaque sur Veracruz , Scott refusa les demandes des consuls européens de permettre aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées d’évacuer la ville. Il bombardera sans pitié la ville, détruisant des maisons, des églises et des hôpitaux. Dans une lettre à sa femme, le capitaine de l'armée des États-Unis Robert E. Lee, qui était à Veracruz et qui allait plus tard mener l'armée confédérée pendant la guerre civile, a écrit que son « cœur saignait pour les habitants ».

Greenberg affirme que les atrocités américaines au Mexique font écho à celles des guerres indiennes des années 1830, y compris le massacre des Cherokees en 1838, auquel Scott a participé. « Face à une « race perfide », « les règles de la guerre ne s'appliquent pas », écrit Greenberg à propos de l'attitude des commandants américains. Le public américain semble avoir été d'accord. Le New York Herald a prédit que « comme les vierges Sabines », le Mexique « apprendrait bientôt à aimer son ravisseur ». Mais l'amour n'est jamais venu, le massacre a continué, et les troupes mexicaines ont fait payer aux envahisseurs américains paient un lourd tribut de sang. Bien que les estimations varient, Greenberg indique que les États- Unis ont envoyé 59 000 volontairess et 27 000 troupes régulières faire la guerre ; près de 14 000 d'entre eux sont morts . Bien sûr, le prix est encore plus élevé pour les citoyens mexicains , les estimations suggèrent près de 26 000 morts pendant la guerre.

L'effusion de sang nourrit une opposition croissante à la guerre aux États-Unis. Clay, que Polk avait battu à l'élection présidentielle de 1844, est apparu comme le plus fort adversaire de la guerre à Washington. Clay dirigeait le Parti libéral, qui s'était opposé à l'annexion du Texas, estimant - à juste titre, s’est-il révélé - que cela conduirait à des conflits. En 1847, l'opposition de Clay avait pris une dimension personnelle : son fils , un diplômé de West Point, avait été tué en février de cette année lors de la bataille de Buena Vista. Dans un discours devant une foule de plusieurs milliers de personnes à Lexington, Kentucky, seulement quelques semaines plus tard, Clay condamna la guerre de Polk d’ «'agression inutile et offensante » et ses « sacrifices terribles de vies humaines ». Il demandait également aux Américains de considérer le point de vue du Mexique. C’était le Mexique, soutenait-il, qui défendait ses foyers, ses châteaux et ses autels ». Faisant une comparaison plus accessible à la conscience américaine, Clay a fait un parallèle avec l'Irlande et le Royaume-Uni : « Chaque Irlandais déteste , avec un haine mortelle, son oppresseur saxon » , a-t-il dit.

Clay n’a peut-être pas réalisé à quel point sa comparaison était pertinente. En Septembre 1846, un petit contingent de soldats américains, presque tous des immigrants en provenance d'Irlande, était effectivement passé du côté mexicain. Ils avaient changé d’allégeance après leur première bataille, au vu du sort de leurs compatriotes catholiques au Mexique et du fait de leur ressentiment quant à leur traitement par l'armée américaine à domination protestante. Aujourd'hui, une plaque à Mexico marque l'emplacement où la plupart d'entre eux furent exécutés par d'autres troupes américaines. Et les Mexicains commémorent chaque année la bataille de Churubusco, où ces soldats furent capturés, en écoutant un groupe de bag­pipers, qui est censé représenter le bataillon mexicain en grande partie formé de ces déserteurs américains et nommé d’après Saint Patrick, el Bataillon de San Patricio.

LA MESURE DES FORCES (Measuring Might)
Bien que Greenberg n'ait pas eu l'intention d'écrire une histoire militaire, son livre aurait pu utiliser moins de détails biographiques et davantage de comparaisons entre les forces en présence. Dans ce cas, les différences entre les deux forces étaient immenses.

Les troupes américaines bénéficiaient d' avantages importants en équipement et en formation. L'artillerie de l'armée américaine était beaucoup plus mobile que celle des forces du Mexique, et des fusils de fabrication américaine étaient dernier cri, alors que les fusils du Mexique étaient les reliques des guerres napoléoniennes, achetées à bas prix sur le marché européen. Les officiers américains bénéficiaient d’une formation avancée et l'ingénierie pour concevoir des plans de bataille complexes. Et le commandement de leur armée comprenait de nombreux membres de l'élite éduquée.

L'armée mexicaine, en revanche, n'avait pas un corps considérable d’officiers professionnels, et la majorité de ses troupes provenait des segments les plus pauvres de la société. Alors que les volontaires représentaient les trois quarts des forces américaines, la majorité des troupes mexicaines étaient des conscrits. Aux États-Unis, un agent montait généralement en grade par son expérience sur le champ de bataille ; au Mexique, le grade d'officier reflétait souvent sa position sociale plutôt que ses compétences. En outre, les États-Unis soumettaient les militaires au contrôle civil ; au Mexique, les militaires manoeuvraient et combattaient pour obtenir le pouvoir politique - en conséquence, l'armée mexicaine était organisée principalement pour monter des coups d'Etat militaires plutôt que pour combattre les envahisseurs étrangers.

RETOUR À LA FRONTIÈRE
En février 1848, les deux pays signèrent le traité de Guadalupe Hidalgo, dans lequel le Mexique reconnaissait le Rio Grande comme frontière nord et, en échange de 15 millions de dollars cédait les territoires maintenant connus sous le nom de Nouveau-Mexique et de Californie. Polk voulait annexer la Basse-Californie aussi, et certains appelèrent à l'annexion du Mexique dans son intégralité. Mais Nicholas Trist , un diplomate qui représentait la partie américaine dans les négociations, défiant ouvertement les instructions de Polk, puis les ordres de Polk de rentrer à Washington, a rendu le compromis final moins sévère. Trist pensait que les termes du traité proposé par Polk allaient trop loin. Il a estimé qu'il était de son devoir de « protéger le peuple de l'Amérique du fardeau impossible d'annexer le Mexique ». Et surtout, il avait vu de première main les violences infligées par des soldats américains sur des civils mexicains ; il qualifiera plus tard l'invasion d’« une chose à faire honte à chaque américain sensé ». Les sentiments de Trist, qui avait une connaissance intime de la guerre, contrastent avec celles de la presse américaine. Pour les rédacteurs de la Revue démocratique The Democratic Review, « le brillant succès de notre brave et magnanime armée au Mexique », rappelle « les luttes victorieuses de nos premières armées ».

Pendant ce temps , les Mexicains accueillaient leur défaite avec une profonde douleur. Lucas Alamán , peut-être le plus grand historien mexicain du XIXe siècle, avait observé les derniers combats pour la ville de Mexico avec une longue-vue depuis le toit de sa maison dans le quartier de San Cosme. À l'époque, il travaillait sur les derniers chapitres de sa grande histoire de la lutte pour l'indépendance du Mexique. Au lendemain de la guerre, il a affronté le paradoxe cruel d'avoir terminé une histoire de l'indépendance du Mexique alors qu’il vivait une nouvelle invasion - et de la part d'un pays qui n'était même pas né quand la conquête espagnole créé le Mexique. Alamán croyait que son pays était voué à connaître le destin des Mayas, des Toltèques et des Aztèques, les Mexicains semblaient « destinés à être l'un de ces peuples qui se sont établis une fois sur cette terre, puis ont disparu de la surface de la terre ne laissant guère de souvenir de [ leur ] existence ».

Le destin du Mexique n'aura pas été si sombre, bien sûr. Mais la sale guerre a établi les limites de la relation profondément inégale entre le Mexique et les États-Unis, et qui persiste aujourd'hui. La défaite du Mexique subsiste encore comme une cicatrice sur la mémoire populaire et politique du pays, celle qui fait mal dans des moments aussi graves qu'une négociation commerciale et aussi triviaux qu’un match de football. La nature ardente du nationalisme mexicain n'a guère de sens sans elle.

Mais au XXIe siècle, les deux pays ont une occasion inespérée de compenser en partie le passé, sur le plan à la fois pratique et symbolique - et c’est aux Etats-Unis d’en prendre l'initiative. Aujourd'hui, il ya des millions de Mexicains vivant aux États-Unis, légalement et illégalement - en substance, une partie importante du Mexique se trouve à l'intérieur des frontières américaines. Contrairement au petit nombre de Mexicains qui vivaient dans les territoires annexés par les États-Unis aux termes du traité de 1848, ces gens sont poussés à se rendre aux États-Unis par nécessité économique, et à leur tour, ils répondent aux besoins économiques américains. Les Américains ne peuvent pas se permettre le luxe de refuser leur présence. Le passage d'une législation prévoyant une voie à la citoyenneté américaine pour les immigrés sans-papiers serait un excellent moyen de faire face aux péchés du passé et pour le Mexique et les États-Unis d’en faire mutuellement le deuil.